Les 6 dangers du succès par Bobby Chiu

Bobby Chiu est un artiste très inspirant, qui a su construire son succès.

Une illustration de Bobby Chiu, artiste à succès
A travers sa chaîne YouTube et les cours qu’il donne, il ne transmet pas seulement la technique de l’image et de la narration. Il transmet des valeurs, des principes et un état d’esprit particulier.

J’avais déjà partagé les conseils de Bobby Chiu concernant la motivation de l’artiste et le fait de travailler dès le réveil pour progresser.

Il a récemment sorti une nouvelle vidéo concernant les 6 pièges du succès. Puisque étant artiste il a été confronté à différentes phases de succès, dont certaines qui auraient pu l’empêcher d’avancer.

Etant donné qu’il s’y connaît bien mieux que moi, je vais retranscrire ses conseils.

1- L’expansion n’est pas l’objectif

Bobby Chiu pensait au départ que grandir vite, loin et d’avoir son propre studio le plus rapidement possible était la solution, la destination. Puis il s’est rendu que le véritable but était la stabilité. Puisque c’est à travers la stabilité que la croissance arrive. Une croissance solide, avec des fondations fortement ancrées dans le sol.

Il explique que son activité a vécu de la croissance par nécessité, donc à travers ses actions, ses oeuvres. Ce n’était pas le but principal.
Ne pas agrandir son studio lorsque les moyens de ne sont pas encore, ne pas agrandir son équipe lorsque ce n’est pas encore nécessaire.

Etre assez stable et équilibré pour garder sa mobilité et sa capacité à bouger, changer de cap lorsqu’il le faut.

Parmi les studios dont il a vu l’évolution, certains ont coulé après une croissance très rapide. Les personnes n’étaient alors pas capables de maintenir une telle organisation. Bobby Chiu conseille alors, si l’on veut évoluer rapidement et faire ce genre de choses, de bien s’entourer. Avoir à ses côtés une personne de confiance, expérimentée et qui saura gérer ce genre de situation.

2- Accepter trop de projets

Le film Alice aux pays des merveilles de Tim Burton était le 6ème film sur lequel le studio de Bobby Chiu a travaillé. Et c’est le premier qui ait abouti et soit sorti en salles. A ce moment-là beaucoup de superbes propositions de projets se sont mis à arriver au studio.

L’attention qu’avait le film a donné envie à beaucoup de personnes de proposer de super projets au studio. Et le « problème », qui en est devenu un après cela, est que tous les projets n’étaient pas que des projets intéressants. Ils étaient tous des projets géniaux sur lesquels l’équipe rêverait de travailler ! Et c’est là qu’est la difficulté.

Au départ, lorsqu’on débute, on peut être l’artiste qui va accepter tous les projets. Il faut se faire connaître, gagner en expérience… Et les projets ne sont pas forcement très nombreux. Mais lorsque le succès arrive, et que les demandes sont de plus en plus importantes, il faut apprendre à dire non. Il faut savoir sélectionner les projets sur lesquels on travaille, puisque notre temps n’est pas extensible.

En étant plus sélectif, le travail fourni est de bien meilleure qualité. S’il y a trop de projets, aucun n’aura l’attention nécessaire porté sur lui pour le rendre vraiment bon. Le studio de Bobby s’est retrouvé dans cette situation au début, pendant une courte période. Puis ils se sont vite rendus compte que leurs travaux n’atteignaient pas leur plein potentiel, et qu’il fallait gérer moins de projets pour tenir leur succès.

Il faut rester calme lorsque les demandes commencent à affluer. C’est à ce moment qu’il faut savoir garder la tête, sélectionner les projets, et travailler à son plein potentiel.

3- Arrêter de faire ce qui nous a mené au succès

Lorsque le succès arrive, il est courant d’arrêter de faire ce qui nous a permis d’en arriver là. Selon Bobby Chiu c’est particulièrement vrai pour les artistes très présents sur internet. Alors qu’au contraire il faut continuer tout cela. Qu’il s’agisse de vidéos Youtube, de contenu quotidien sur Instagram, d’interaction sur Snapchat… Il faut continuer.

La plupart du temps ces contenus-là sont crées gratuitement. A partir du moment où on est occupés, qu’on a du succès… Ce sont les premières choses à passer à la trappe. Pourtant les bénéfices seront toujours présents lorsqu’on publie régulièrement ce contenu ! Et il n’y a aucune raison d’arrêter de documenter et de publier. Surtout si c’est grâce à cela que nous avons gagné de l’attention.

Tout n’est pas visible dès le lendemain, ou dans le mois. Mais au bout d’un an, de cinq ou dix ans… Le contenu accumulé aura un impact d’autant plus grand, et sera toujours utile. Et si on ne publie plus de contenu, on sera vite dépassé et il sera difficile de reprendre si on ne fait publie pas durant la transition entre deux manières de publier.

4- Les gens qui viennent par intérêt

Bobby Chiu parle maintenant d’une partie triste mais réelle du succès. Avec le succès arrivent des personnes qui veulent notre aide, et donc rentrer dans notre cercle proche pour en retirer des avantages. Ils agissent d’une façon avec nous et d’une autre avec le reste des gens. Tout simplement parce qu’ils connaissent les avantages à ce qu’on soit leur ami/collaborateur.

Alors autant créer maintenant son cercle d’influence proche, que ce soit des amis ou des collaborateurs. Puisque les personnes qui sont là lorsqu’il n’y a pas de contrepartie liées au succès sont celles qui comptent le plus. Et surtout qui resteront de confiance.

Et ces personnes de confiance sont celles qui vont nous aider en donnant des retours sincères sur ce qu’on fait. De vrais commentaires, qui parfois sont durs à encaisser, mais qui sont constructifs.

5- Pas de nouveaux buts à atteindre

Souvent nos objectifs sont définis au lycée, à l’université, lorsqu’on étudie l’art étant jeune. Et au fil des années, certains vont réussir à atteindre ces objectifs. Et le piège est de s’arrêter là. Alors qu’au contraire il faut toujours avoir un nouveau but. Toujours avoir un cap placé plus haut, plus loin, ou différemment. La pire des choses pour développer nos créations est de se contenter d’un niveau et d’y faire du sur-place.

Bobby Chiu n’aborde pas ce point, mais j’ajouterais que la gestion de ses objectifs est très importante. Pas dans le sens où ils doivent être précis, au millimètre et sans aucun mouvement autre possible. Plutôt dans le sens où, pour que la motivation soit là, que la persévérance perdure, il faut avoir cette stimulation. Cette envie de faire mieux. Toujours mieux.

Il faut constamment se donner de nouveaux buts à atteindre.

6- Arrêter d’apprendre

Lorsque le succès arrive, et que nous avons réussi en faisant tel type d’image, en racontant ce genre d’histoires… Il y a une tendance à s’approprier cela et à ne pas tester de nouvelles choses. Une fois que nous avons développé une très grande compétence dans un domaine, il ne faut pas s’en contenter. Il faut toujours se laisser du temps pour expérimenter.

Considérons ces temps d’apprentissage comme un moment sacré. Un investissement sur le long terme, qui va grandement nous servir. S’il n’y a pas de rémunération pour ces choses, et que beaucoup de projets attendent, il répète qu’il y a une tendance à laisser ces parties de côté. Et qu’il ne faut surtout pas les laisser de côté !

Le meilleur moyen reste alors d’apprendre d’autres personnes. De profiter des conseils, de l’expérience de ceux qui ont passé des années à apprendre ce qu’ils savent. Et c’est justement ce que je fais en écoutant les conseils de Bobby Chiu, qui est un artiste reconnu dans son domaine. Il sait beaucoup de choses sur la création d’images, la technique de la peinture numérique, et il a forcement beaucoup à nous apprendre.

Et c’est là qu’il propose de visiter schoolism.com, le site sur lequel lui et d’autres artistes reconnus créent de la formation pour développer ses compétences dans les domaines de l’image.

Conclusion

A travers cette vidéo sont donnés de nombreux conseils très intéressants. Et il y a d’autres choses à en retirer. La structure de la vidéo est pertinente, puisque que Bobby Chiu partage son expérience point par point jusqu’au dernier. Ce dernier qui mène à son offre, à sa formation. Une fois que nous avons compris les conseils sur les pièges du succès, que nous avons validé son expérience et sa qualité, aller sur son site est la suite logique.

Je vous invite donc à faire un tour sur schoolism.com et à laisser vos commentaires sur les différents pièges du succès détaillés dans cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *